Archives de Tag: Mariage homo

« PMA : trahison socialiste »

Article de Jean-Philippe Cazier sur son blog Mediapart:

« on ne peut s’empêcher d’avoir l’idée que ce refus de la PMA pour toutes est aussi l’expression de l’idéologie finalement bourgeoise et réactionnaire, hétérosexiste, qui anime ce gouvernement : accordons des droits mais pas trop, pas jusqu’au point où ils changeraient vraiment non seulement les situations effectives des individus, mais aussi où des changements dans l’ordre de la loi et des institutions accompagneraient des changements sociaux et subjectifs réels. « Un peu, mais pas trop », était-ce la formule complémentaire du slogan « Le changement c’est maintenant » ? »

Article dans son intégralité:

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-philippe-cazier/230414/pma-trahison-socialiste

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Articles et recherches

« Homos : un an après le mariage, la famille pour tous attendra »

Article du 22 avril 2014 sur Metronews:

La loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels fête son premier anniversaire ce mercredi. Mais pour eux, fonder une famille reste un combat.

Suite de l’article ici:

http://www.metronews.fr/info/homos-un-an-apres-le-mariage-la-famille-pour-tous-attendra/mndv!ZCiWSlaujkZYs/

Poster un commentaire

Classé dans Articles et recherches

Témoignages d’accès à la PMA pour les lesbiennes

L’association Les Enfants d’Arc en Ciel – qui regroupe des parents et futurs parents homosexuels – continue son énorme travail de collecte de témoignages de couples de lesbiennes qui sont obligées d’aller à l’étranger pour avoir accès à la PMA (Procréation Médicalement Assistée). Il est primordial de diffuser le plus largement possible ces témoignages afin que tout le monde se rende compte des difficultés rencontrées (difficultés administratives/financières/professionnelles/familiales/psychologiques…). Le mariage n’est qu’un tout petit pas vers l’égalité des droits. Il faut continuer à se mobiliser pour une égalité complète entre hétérosexuels et LGBT (Lesbienne Gay Bisexuel Trans):

– accès à la PMA pour toutes les femmes en France (femmes célibataires, femmes lesbiennes)
– filiation hors mariage (si un couple de lesbiennes a un enfant ensemble par PMA, elles sont obligées de se marier pour que la mère sociale puisse adopter l’enfant)- changement d’état civil facilité pour les trans
– arrêt de la stérilisation forcée des trans

Le blog de témoignages (vous pouvez en lire plus d’une centaine!!!) sur la PMA :

http://lesenfantsarcenciel.wordpress.com/

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Articles et recherches

Les manifestations pour l’égalité des droits dans toute la France

Article de Têtu du 18 janvier 2013:

http://www.tetu.com/actualites/france/les-pro-mariage-pour-tous-vont-manifester-a-leur-tour-avant-le-debat-22885

Une trentaine de villes vont défiler d’ici au débat à l’Assemblée, pour défendre le mariage et la parentalité pour tous. Voici la liste complète et un premier «round-up» des organisateurs.

Cliquez sur l’image pour accéder à la carte.

Après la démonstration des anti qui a laissé des traces, les partisans du projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels manifesteront lors des deux prochains week-end. «Nous prouverons de nouveau avec cette manifestation que cette question est soutenue par beaucoup de gens, bien au-delà des personnes homosexuelles. En effet, en permettant l’égalité des droits, c’est toute la société qui progresse», estime Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT, à l’origine de la manifestation.

Relais
Cette nouvelle montée au front des partisans du projet se fera en deux temps: dans la plupart des grandes villes le samedi 19 (liste ci-dessous), puis avec une manifestation nationale, la première, le dimanche 27, soit deux jours avant le début des débats au Parlement.

Comme en décembre, l’appel a été relayé par les syndicats (CFDT, UNSA, CGT, FSU, Solidaires…), par les associations de défense des droits de l’Homme (Ligue des droits de l’Homme, SOS Racisme…) et aussi par les partis politiques (Parti socialiste, EELV, Front de Gauche…).

Bouchées doubles
Même s’ils affirment ne pas vouloir entrer dans une guerre des chiffres avec les anti, qui ont réuni 340.000 personnes le 13 janvier d’après la police (une estimation confirmée et même légèrement surestimée, selon la police), 800.000 à un million selon les organisateurs, les partisans du projet battent le rappel pour faire masse: tracts, relais sur les réseaux sociaux et aussi organisation des déplacements (TGV, bus affrétés, covoiturage…).

Les partis ont notamment mis les bouchées doubles. Dans les départements, il y a «beaucoup plus d’initiatives que pour la précédente manifestation, c’est très net. Il y a une forme de fierté à se mobiliser et à ne pas laisser uniquement les anti s’exprimer», explique Marc Coatanea, secrétaire national du PS chargé des questions de société.

«Ras-le-bol»
L’objectif affiché par les organisateurs pour la manifestation à Paris, prévue entre Denfert-Rochereau à Bastille, est d’être plus nombreux qu’en décembre. Deux semaines avant Noël, les pro mariage avaient réuni le dimanche à Paris 60.000 manifestants d’après la police, 150.000 d’après les organisateurs après plusieurs milliers en province le samedi.

«Nos proches, nos familles affichent eux aussi leur ras-le-bol et veulent se mobiliser cette fois-ci pour montrer que la France n’est pas uniquement celle que l’on a vu défiler le 13», confirme Nathalie Mestre de l’association Arc-en-ciel.

Peu de moyens
«Nous recevons de nombreux mails et appels notamment de personnes hétéros qui se disent choquées et veulent dénoncer l’homophobie ambiante», renchérit Elisabeth Ronzier de SOS homophobie. «Mais nous n’avons pas les moyens financiers du camp d’en face», juge Nicolas Gougain, et «il est toujours plus facile de rassembler contre que pour».

Si la commission des lois a adopté dans la nuit du mercredi 16 au jeudi 17 janvier le projet de loi gouvernemental, l’opposition de droite continue en effet à réclamer la tenue d’un référendum, une hypothèse exclue par François Hollande. D’après un sondage publié vendredi, les Français sont divisés: 45% d’entre eux souhaitent un référendum sur le sujet tandis que la moitié estime que la concertation a été suffisante.

Avec AFP.

 

Rassemblements dès ce samedi 19 janvier à Angers, Angoulême, Avignon, Bordeaux, Cherbourg, Dijon, Lannion, Lille, Le Mans, Marseille, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Quimper, Rennes, Rouen, Saumur, Strasbourg, Toulouse et Tours.

Samedi 26 janvier à Bayonne, Brest, Clermont-Ferrand, La Rochelle, Lyon et Montpellier.

Manifestation à Paris le 27 janvier, ainsi qu’à Mâcon, Montréal et Ottawa.

Lundi 28 janvier à Montpellier.

Toutes les informations pour se rendre à partir, au départ de toute la France, sur le site de Pridemap.

Poster un commentaire

Classé dans Actions, Actions passées

Dominique Bertinotti “On ne naît pas père ou mère, on le devient”

Interview des Inrocks par Marion Mourgue, le 28 décembre 2012:
photo Guillaume Binet/M.Y.O.P
photo Guillaume Binet/M.Y.O.P

Filiation, adoption, PMA et… frilosité du gouvernement: la ministre déléguée chargée de la Famille, Dominique Bertinotti, n’écarte aucun des sujets soulevés par le projet de loi sur le mariage pour tous.

Mi-décembre, plusieurs manifestations ont eu lieu en faveur du mariage pour tous. Faut-il que les partisans de cette réforme que vous défendez se fassent entendre davantage au moment où les opposants ont été très audibles ?

Oui, il est indispensable dans un débat que l’on puisse entendre de façon équitable à la fois ceux qui s’opposent – je crois qu’on les a bien entendus – et ceux qui soutiennent cette mesure. Au-delà du soutien, il faut expliquer l’importance de cette loi. Ce n’est pas seulement une loi qui concerne les couples de même sexe qui choisiront de se marier mais, je le dis très clairement, c’est une loi qui représente une avancée pour tous et pour l’ensemble de la société. À l’occasion de cette loi, deux coups de projecteurs sont donnés. Le premier sur la réalité de la famille : il n’y a plus un modèle mais des modèles familiaux. Aujourd’hui, un enfant sur cinq vit dans une famille monoparentale, un enfant sur neuf vit dans une famille recomposée, un enfant sur deux naît hors mariage. On voit bien que la révolution des familles a eu lieu, de manière silencieuse, sans grande annonce. Dès lors, nos concitoyens ne nous demandent pas de porter un jugement sur la pertinence de tel ou tel modèle familial mais d’offrir à tous les mêmes droits et les mêmes devoirs. Il y a une attente des familles à l’égard de l’État pour les reconnaître dans ce qu’elles sont, tout en leur offrant un cadre juridique pour les parents et pour les enfants. En ce sens, c’est une mesure d’égalité qui plaide pour l’ensemble des familles. Le deuxième coup de projecteur met l’accent sur la question de la filiation. À la filiation biologique est venue s’adjoindre une filiation sociale, l’une n’étant pas exclusive de l’autre. Aujourd’hui vous avez des enfants élevés par des parents biologiques et par des parents, on va dire, sociaux. On voit bien que cette loi ne crée pas des situations nouvelles. Elle entérine et s’adapte à des situations que nos concitoyens ont choisies.

Pour vous, plus qu’une révolution, c’est une adaptation. Dès lors, pourquoi autant de réticences ? Et pourquoi a-t-on autant entendu les opposants ?

Je comprends que pour des raisons diverses, cela puisse être dur pour certains. Mais nous ne pouvons plus dire qu’il y a un modèle dominant qui serait le modèle de référence pour la société. La réalité de ce que vivent nos concitoyens montre le contraire. La loi pointe donc la dissociation entre le mariage, la procréation et les sentiments. Autrefois, il fallait se marier pour procréer. Aujourd’hui, vous pouvez procréer sans être marié, vous pouvez vous marier et ne pas avoir d’enfant, vous pouvez vous marier et ne pas aimer votre conjoint. Ces blocs étaient étroitement liés dans un ordre bien précis. Les gens les ont gardés mais ils les ordonnent comme ils le souhaitent. Et c’est ça, la grande nouveauté par rapport à Mai 68. Aujourd’hui, il faut donc entendre que nos concitoyens sont toujours attachés à la volonté de faire famille mais ils nous disent clairement que c’est eux qui choisissent la façon de le faire. Ils demandent à l’État, au travers du code civil, de leur assurer une égalité des droits. Ce n’est pas spécifique à la société française.

Vous insistez beaucoup sur cette notion de transmission, qui pour vous semble être au coeur de la réforme…

Exactement. J’ai entendu au travers des auditions menées conjointement en septembre avec Christiane Taubira, la garde des Sceaux, cette revendication totalement légitime de se dire qu’il y avait aussi un désir de transmettre des valeurs, un héritage culturel, un héritage familial, un patrimoine. Les couples hétérosexuels ont aussi, dans le fait d’avoir des enfants, cette volonté de transmettre. Au nom de quoi peut-on signifier à des couples de même sexe le refus de transmettre ? Au nom d’une sexualité différente ? Ça n’est pas tenable. C’est aussi ça qu’il faut faire entendre. Et pas simplement un débat “je suis pour, je suis contre”. Aujourd’hui, j’espère que cette loi créera une forme d’indifférenciation vis-à-vis de l’homosexualité. Et je le dis : quand on n’accorde pas les mêmes droits aux Blancs et aux Noirs, c’est du racisme. Quand on n’accorde pas les mêmes droits aux femmes et aux hommes, c’est du sexisme. Je pose la question : quand on n’accorde pas les mêmes droits aux hétéros et aux homos, comment vous appelez ça ? Est-ce que ce n’est pas de l’homophobie ? C’est pour ça que c’est une loi sociétale. Raison pour laquelle je la porte sans ambiguïté et sans réserve.

Est-ce que l’Église est prête à l’entendre, elle qui est très présente dans les manifestations ?

Plutôt qu’Église, je dirais hiérarchie ecclésiastique. Or elle est arc-boutée sur une vision qui n’existe plus et elle devrait s’interroger sur les combats qu’elle mène et qu’elle a toujours perdus : l’interruption volontaire de grossesse, la contraception, le Pacs, le préservatif, etc. La répétition de ces échecs devrait l’interpeller. Et une partie des fidèles désirent sûrement qu’il y ait cette interrogation chez les responsables des Églises car ils connaissent la réalité autour d’eux.

Que pensez-vous des dernières déclarations de François Hollande sur la procréation médicalement assistée ? Ne se défausse-t-il pas sur les parlementaires pour décider ? Est-ce un signe de frilosité ?

Rien de nouveau. Il y a à la fois cette volonté de respecter le travail parlementaire et la capacité des parlementaires à déposer des amendements sur la PMA. La procréation médicalement assistée avait déjà fait l’objet de plusieurs amendements et travaux parlementaires. Ce n’est pas quelque chose que l’on sort du chapeau. On trouve déjà cent députés signataires en faveur de cet amendement, ce qui témoigne d’un mouvement favorable pour la PMA. Je pense que plutôt que de parler de frilosité, il faut y voir une volonté de reconnaître la liberté des parlementaires et de leur travail.

En même temps, on ne sent pas d’engagement de l’exécutif en faveur de la PMA, que ce soit chez le Président ou chez le Premier ministre…

S’il y avait eu un engagement, ça aurait été dans la loi. C’est pour ça que j’insiste sur la notion de la filiation. Sur la procréation médicalement assistée, elle existe en France et est autorisée pour les couples mariés, médicalement reconnus stériles. Et j’estime qu’à partir du moment où on raisonne en terme de filiation et qu’il y a aussi des parents qui ne sont pas systématiquement des parents biologiques – comme c’est le cas dans le cadre de la PMA autorisée en France -, on peut se poser légitimement la question : pourquoi ne l’ouvre-t-on pas aux couples de même sexe ?

Mais la frilosité existe déjà au sein du gouvernement. Par exemple, Christiane Taubira, elle aussi en charge de ce dossier, semble beaucoup moins engagée que vous…

Je ne pense pas ; et l’important est de réaffirmer que cette loi sur le mariage pour tous est une avancée pour tous. Au travers de cette question de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, on pose la question de la reconnaissance de la diversité des familles et de leur égalité de traitement, ainsi que celle de la filiation qui ne se résume pas à la conception entre un homme et une femme. On ne naît pas père ou mère, on le devient.

La droite appelle à une grande manifestation contre la réforme, le 13 janvier. La redoutez-vous ?

Je ne crains pas les oppositions. Dans tout débat de société, elles existent. Mais j’espère que les opposants le feront pour de bonnes raisons et que des responsables politiques de droite ne seront pas motivés par des raisons politiciennes qui n’ont rien à voir avec le fond. Je rappellerai les propos de Nicolas Sarkozy sur le Pacs en avril 2007 : “On s’est trompé sur le Pacs. (…) Oui, nous sommes passés à côté du Pacs. (…) La droite doit évoluer et ne pas se caricaturer.” Du coup, allons sur le terrain de l’argumentation ! Ayons un vrai débat ! Parlons du fond ! Je pose la question : qui défend aujourd’hui le mieux la valeur famille ? Je n’aurai pas l’outrecuidance de dire que c’est moi, mais quand même…

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Articles et recherches

Manifestation à Saumur le 19 janvier à 11 heures

http://www.facebook.com/events/425567450849733/

Familles homoparentales, hétérosexuelles, toutes ensemble et visibles pour l’égalité de leurs droits
OUI AU MARIAGE, A LA FILIATION, A L’ADOPTION, A LA PMA POUR LES COUPLES DE MÊME SEXE

QUAZAR appelle à la mobilisation samedi 19 janvier, en participant à la MANIFESTATION NATIONALE EN RÉGION en faveur de l’ÉGALITÉ DES DROITS : mariage, adoption, filiation pour les couples de même sexe, PMA pour toutes les femmes, changement d’état civil, libre et gratuit en mairie, pour les personnes transgenres.

Rendez-vous samedi 19 janvier à 11h, place de la République

QUAZAR lance un appel aux lesbiennes, gays, bi, trans (LGBT) et aux hétérosexuels, et à nos partenaires angevins, aux élus et aux forces politiques, partisan(e)s de l’ÉGALITÉ DES DROITS, en participant à cette manifestation, qui se déroulera aussi dans plusieurs villes en France.

Il est désormais évident que l’ÉGALITÉ DES DROITS sera un combat de haute lutte, face à un gouvernement qui n’a pas souhaité assumer un projet de loi entièrement égalitaire, qui a décalé les échéances à plusieurs reprises, face à un président de la République qui a créé la stupeur et la colère en évoquant une « liberté de conscience » pour les maires, face à certains élus de gauche opposés à ce projet de loi, face à l’UMP qui, en plein divorce, s’oppose une fois de plus à l’ÉGALITÉ, face aux religions, et principalement l’Église catholique, et à leurs représentants et affidés qui n’ont pas hésité à user d’amalgames odieux et de dramatisation exagérée à dessein, face aux opposants qui se font passer pour aconfessionnels, alors qu’ils ne sont pour l’immense majorité que des catholiques poussés dans la rue par leurs évêques.

Pour ces raisons réagissons en écrivant à nos parlementaires et mobilisons-nous y compris dans la rue.
A ces occasions :
– rappelons au président de la République ses engagements et promesses,
– rappelons au gouvernement que la protection de nos familles et de nos enfants passent nécessairement par la filiation et la procréation,
– rappelons aux religions, dont l’Église catholique, de s’occuper de leur culte en mettant leurs actes et propos à notre égard en conformité avec leurs principes et la laïcité,
– mobilisons les députés et les élu(e)s régionaux, départementaux et locaux, attachés à l’ÉGALITÉ DES DROITS, de gauche, du centre et de droite, à nos côtés
– mobilisons, y compris dans nos rangs, celles et ceux qui ne veulent ni se marier, ni avoir d’enfants, parce que c’est de ce combat sociétal dépend leur ÉGALITÉ sociale,
– mobilisons nos partenaires, syndicats, associations des droits de l’homme et des droits des femmes, ainsi que nos parents et ami(e)s hétéros.

Stéphane Corbin,
président de Quazar, Centre LGBT d’Angers
assoquazar@free.fr
www.quazar.fr

Poster un commentaire

Classé dans Actions, Actions passées

Nouvel An. Le premier bébé de l’année a 2 mamans

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Nouvel-An.-Le-premier-bebe-de-l-annee-a-2-mamans_6346-2149090-fils-tous_filDMA.Htm

Le petit Sacha est né dans la nuit du réveillon, entre 00h00 et 00h01, à Moulins (Allier). Pour le plus grand bonheur de ses deux mamans.

Comme le rapportent nos confrères de La Montagne, en étant né juste après les 12 coups de minuit, Sacha est vraisemblablement le premier bébé de l’année 2013.

Comme un clin d’oeil au débat sur l’homoparentalité, il se trouve qu’il a deux mamans. Sa mère, Maude, est pacsée depuis 2010 avec Delphine. Les deux jeunes femmes comptent se marier dès que la loi pour le mariage pour tous sera votée.

Maude a reçu une insémination artificielle en Belgique, d’un donneur anonyme. En attendant le mariage, Delphine n’a pas d’existence légale vis-à-vis de l’enfant.

Poster un commentaire

Classé dans Actualités