Archives de Tag: Lesbienne

SOS Fantômes

Article du blog de Gwen Fauchois, 8 avril 2014:

« Des homosexuels se font salement démonter la gueule parce qu’ils sont homosexuels, des badauds et riverains regardent, un conducteur de bus ferme les portes de son véhicule et repart sans intervenir[1], mais il ne faudrait pas voir là d’homophobie. »

Suite de l’article ici:

http://gwenfauchois.blogspot.fr/2014/04/sos-fantomes.html

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités

Famille : le rapport que le gouvernement a voulu enterrer

Article de Rue 89, 7 avril 2014 par Blandine Grosjean:
« Le rapport commandé pour élaborer la loi sur la famille préconise la PMA pour les couples de lesbiennes, la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger ou la fin de l’anonymat des donneurs dans les PMA.

C’est un mistigri auquel personne ne voulait voir son nom associé sous le gouvernement Ayrault. Le rapport sur la famille, commandé par l’ancienne ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti, lui a été remis le 10 février dernier. »

Suite de l’article ici:

http://rue89.nouvelobs.com/2014/04/07/rapport-dessine-enfin-famille-xxie-siecle-251106?fb_action_ids=10152244647158941&fb_action_types=og.likes

Poster un commentaire

Classé dans Articles et recherches

Prochaine séance du séminaire « Genre, Médias et Communication »

https://www.facebook.com/GenreMediasEtCommunication

Vendredi 11 avril 2014, IMI, 10-12h :
Manon Tremblay (Université d’Ottawa, Canada) dans une intervention intitulée « Le mouvement des lesbiennes et des gais au Québec : de la répression à la citoyenneté ? »

Lieu : Institut de Management de l’Information (IMI), Salle De Vinci, 2e étage, 62 bd. Sébastopol, 75003 Paris (Métros Etienne Marcel et Réaumur-Sébastopol).

Résumé : La trajectoire parcourue par les lesbiennes et les gais au Québec depuis les années 1970 va de la répression à la citoyenneté; toutefois, cette citoyenneté reste inachevée. Cet exposé veut offrir un forum afin de réfléchir à cette affirmation. Dans un premier temps sera brossé à grands traits un portrait de l’évolution des droits des lesbiennes et des gais au Québec. Puis trois batailles menées sur le terrain des droits seront analysées : la décriminalisation de l’homosexualité et la protection des lesbiennes et des gais contre la discrimination; la reconnaissance des unions de lesbiennes et de gais; enfin, la lutte contre l’homophobie. La conclusion explorera l’idée selon laquelle la pleine citoyenneté des lesbiennes et des gais reste encore à parfaire, notamment au plan social.

10174970_769953473024323_1931658537_n

Calendrier des prochaines séances :

Vendredi 13 juin, 10h-12h
Hélène Bourdeloie (Université Paris 13, LabSIC, Associée au COSTECH), Virginie Julliard (Université de Technologie de Compiègne, COSTECH, équipe EPIN), Nelly Quemener (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, CIM, équipe MCPN).
Présentation des résultats du projet Arpège – LA Reconfiguration des Pratiques culturelles Et du GEnre à l’ère du numérique, Ministère de la Culture et de la Communication, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS).

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Genre

Pour en finir avec blablabla l’égalité

Excellente tribune de Gwen Fauchois publiéé sur son blog:

http://gwenfauchois.blogspot.fr/

 » Fin de séquence. L’ouverture de la PMA aux couples de femmes et la loi famille ont été enterrées officiellement par le gouvernement. J’ai presque envie de dire : enfin. Evidemment c’est un coup dur. Mais puisque nos prétendus alliés ont cessé de nous faire miroiter l’accessibilité de compromis plus ou moins satisfaisants, saisissons-nous de cette occasion pour changer nos logiciels.
La PMA (telle qu’elle s’annonçait, c’est-à-dire, au mieux, réservée à des femmes pouvant se prévaloir d’une relation de couple stable) est d’ors et déjà une revendication d’arrière-garde. Elle découlera du vote de l’ouverture du mariage, exactement de la même façon que le mariage était inscrit dans l’adoption du pacs. Quand la droite pousse ses cris d’orfraies destinés à alerter une population supposée attardée sur l’inéluctabilité d’une telle réforme, nous avons raison de protester, il n’empêche que le diagnostic est exact.
La bataille de la PMA est déjà gagnée (ce qui n’en suppose pas moins de la mener), tout simplement parce qu’elle existe, avec ou sans loi. Comme les couples gays préexistaient à leur encadrement juridique et ont rendu celui-ci possible par leur affirmation.
La situation actuelle est injuste, expose à des parcours de combattantes, à des discriminations, condamne les mères au mariage pour se voir reconnues (et encore ce n’est même pas une garantie), mais elle ne changera rien à la détermination tranquille de milliers de femmes d’en recourir à cette pratique pour fonder leur famille.
Dans leur entourage, leur village, les écoles, les centres aérés et clubs sportifs de leurs enfants, cette réalité fera son chemin. Et ces enfants seront chaque jour plus nombreux.
Et le PS, la prochaine fois qu’il aura besoin de se différencier de la droite à moindre frais, ressortira sa promesse des cartons. S’affichant ainsi une fois de plus en réformateur raisonnable et s’appliquant à nous réduire aux récriminations modérées des électorats captifs. A quoi l’opposera-t-il cette fois ? à l’ouverture de la PMA aux célibataires ? à l’encadrement de la GPA ?
Comme un air de déjà vu.
Bien sûr, une dégradation pestilentielle de la situation politique n’est pas totalement à écarter qui renverrait la PMA dans les limbes. Mais alors nous n’en serions pas non plus à nous réclamer de la sécurité juridique.
Nous voici donc momentanément dans une impasse, et même obligés d’essuyer de face une contre-offensive obscurantiste dans laquelle tout ce qui compte de réacs se jette à corps perdu avec force moyens et relais, tandis que nos soutiens font au mieux preuve d’une solidarité distanciée et discrète.
Notre colère est légitime. Nos frustrations compréhensibles. Qui grossissent sur fond d’amertume et sentiments de trahison.
Mais alors que nous sommes quasi unanimes à reprocher au PS de ne plus être une force de transformation sociale, l’heure n’est-elle pas venue d’interroger notre part de responsabilité dans cette oraison ?
Il ne s’agit pas de minimiser les raisons structurelles et politiques qui nous font obstacle mais de se demander si les outils dont nous usons sont efficaces au regard de l’état de nos forces, organisations et conjoncture.
Non pas en termes individuels, ni en pointant telle ou telle association, mais plutôt en questionnant ce qui ressort majoritairement de nos expressions collectives.
Car de notre côté, quelle dynamique de transformation de la société impulsons-nous vraiment ?
En dépit de nos actions, rassemblements et argumentaires, nous peinons non seulement à nous faire entendre mais à susciter des mobilisations hors de nos cercles restreints.
Pourquoi sommes-nous incapables d’établir des ponts solides avec d’autres mouvements ? de réels rassemblements unitaires et durables ?
Les solidarités n’excédant guère les déclarations de principe, aussi vagues qu’inopérantes et la symbolique ponctuelle qui n’engage en réalité personne.
Avec une communauté en lambeaux, éparpillée en groupuscules, aux moyens comptés, s’appuyant sur des militants parfois au bord du burn out, coincés dans un courant défavorable, nous épuisons nos énergies à ériger des digues.
Il n’est de fait pas aisé de relever le nez du guidon pour nous interroger sur la pertinence de nos stratégies.
Il faudrait pourtant l’admettre, certains de nos mots d’ordre sont obsolètes. Inefficaces. Et sans doute même contre-productifs. Au premier rang desquels la revendication de l’égalité.
La force de cette demande ne s’est-elle pas évanouie, ayant produit tout ce qu’elle était en capacité de provoquer ?
Quand nous avons commencé à porter cette exigence, elle a littéralement fait irruption. Choqué les esprits. Sa puissance naissait de ce qu’elle était simplement inconcevable, insensée.
Une partie de la société était prête à nous concéder sa compassion, peut-être même se sentait-elle confusément redevable vis-à-vis de ces pédés qui avaient pris en charge la lutte contre le sida, et le pacs devait en témoigner qui suffirait à éloigner la vision culpabilisante de ces veufs jetés à la rue au lendemain du décès de leur compagnon.
Mais l’homophobie demeurait la norme. Partagée sans états d’âme. Et seul le spectre du communautarisme avait éloigné la solution d’un contrat spécifique.
En fallait-il de l’aplomb pour prétendre à l’égalité !
Y compris dans nos rangs, cette prétention avait effrayé. Une telle surenchère n’allait-elle pas nous aliéner nos soutiens au PS ? N’allait-elle pas faire échouer l’adoption du pacs ?
D’une certaine façon, ce furent les résistances exprimées au cours des débats parlementaires (absence des députés socialistes aux premières séances, application du gouvernement à nous exclure du couple – les pacsés restaient des célibataires- et de la famille et bien sûr outrances de la droite) qui soudèrent les différents courants de la communauté sur cette revendication.
Unité d’opportunité. Peu importe que les uns en aient attendu une perspective de normalisation là où d’autres imaginaient le ver dans la pomme hétéropatriarcale.
S’inscrire dans le principe d’égalité, c’était établir un parallèle entre homophobie et racisme. Car à l’époque, en terme d’affichage public (ce qui n’a rien à voir avec la réalité, car s’il était/est de bon ton de se dire antiraciste, ça n’empêchait/n’empêche en rien de conduire des politiques racistes), s’affirmer anti-raciste faisait partie du package obligatoire du militant de gauche tandis que l’homophobie se partageait sans complexe.
Ce parallèle incongru et inédit devait obliger les partis de gauche à intégrer dans leur petit panier de valeurs la nécessité de briser l’évidence bien partagée, la « normalité » implicite de l’homophobie. Pour mémoire, en1998, un gouvernement de gauche en est encore à censurer une campagne de prévention de la Direction Générale de la Santé et du CFES (comité français pour l’éducation à la santé) qui met en scène deux garçons qui s’embrassent et l’entourage de Jospin n’hésite pas à justifier cette censure ainsi : l’argent public n’a pas à financer le prosélytisme.
Alors si certains émettaient des doutes quant à la pertinence de la stratégie égalitaire (la marche des beurs pour l’égalité était loin d’avoir produit les résultats escomptés) et mettaient en garde sur le risque de verser dans l’injonction normalisante et le corporatisme, ces objections n’atteignaient guère la majorité des militants.
Semblaient protéger de ces écueils les fondements de la lutte contre le sida qui avait posé la coalition des minorités et la déconstruction des mécanismes d’exclusion sociale comme des préalables non négociables (emblématiques de ces choix, les participations d’Act Up-Paris aux deux premières grandes messes télévisuelles du sidaction. Lors de la première édition, le président de l’association, Cleews Vellay avait enflammé la soirée en imposant aux animateurs la question de la santé des prisonniers, tandis que son successeur, Christophe Martet, deux ans plus tard quittait les plateaux de l’émission en s’insurgeant de l’expulsion des malades étrangers).
Dans un mouvement gay en pleine expansion, tout ébaubi de se découvrir chaque jour de nouvelles facettes et découvrant une énergie insoupçonnée dans l’affirmation positive de ses singularités, les éternelles oppositions et tensions entre tenants de la transmutation sociale et ceux de l’intégration paraissaient secondaires, voire dépassables. Les chantiers étaient innombrables. Et les premiers succès nous berçaient.
Les trithérapies arrivaient, des députés commençaient à plancher sur des projets de pénalisation de l’homophobie, des associations recevaient pour la première fois un agrément du ministère de la jeunesse et des sports, et l’idée de subventionner la lutte contre l’homophobie sur des crédits d’action sociale et non plus sur des fonds sida faisait peu à peu son chemin.
Mais au fil des années, le pavé dans la mare s’est transformé en lieu commun.
Tandis que se développaient associations familiales et sociabilité de loisirs, l’influence des associations sida a décliné.
De cœur associatif communautaire, la gestion du politique s’en est trouvée déplacée et déléguée à des associations ou des groupes spécialisés que ce soit au sein des partis traditionnels ou en inter-associatif.
Pour fédérer le plus grand nombre, notre discours s’est simplifié, rétréci pour finir par se polariser sur une revendication-phare phagocytant tout le reste, reléguant au second plan, l’originalité de nos pratiques, nos propositions innovantes, notre capacité à bouleverser des structures sclérosantes et sclérosées.
En positif nous essaimions, en négatif nous en sommes peu à peu revenu à une approche très institutionnelle. Et si les politiques ont intégré certaines de nos revendications, ils ont également repris la main sur la hiérarchisation et le calendrier à leur appliquer.
De choix tactiques en priorités politiques de court termes, un glissement s’est opéré qui nous a vu renoncer à la contestation de la norme en échange d’une participation à celle-ci.
Une évolution qui s’est vue favorisée par des facteurs sociétaux non spécifiques aux gays mais pas sans influence : plus d’une décennie de droite au pouvoir, vouée au libéralisme, à la consommation, l’accent mis sur des stratégies de réussite individuelle, la mise en avant de valeurs traditionnelles comme remède à la crise, l’agitation des peurs. Une sociabilité qui s’est vue impactée par le développement des réseaux sociaux (avec pour les gays une conséquence sur la viabilité des bars et autres lieux de drague physiquement localisés).
L’articulation de nos argumentaires s’est désunie, notre discours dépolitisé. Avec le recul global de l’homophobie, nous nous sommes illusionnés sur sa disparition. Nous avons perdu de vue ses ressorts idéologiques.
D’aucuns ont pu clamer l’inutilité du communautaire, stigmatiser son ringardisme. Oubliant un peu vite combien il était facile de nous réduire au silence quand nous nous privions nous-mêmes d’outils collectifs.
Les partis politiques ont bien saisi le bénéfice qu’ils pouvaient tirer de ce tournant, instaurant dès lors un rapport de force visant à nous canaliser à travers des pratiques de récompense en échange de notre allégeance.
Notre faible poids médiatique, couplé à notre désertion du champ culturel, ont fini de nous réduire à des sigles abscons, désincarnés qui ne touchent plus quiconque : PMA, GPA, LGBTQI … , à des slogans trop généraux qui tendent à faire croire que tout est soluble dans tout et équivalent : égalité, pour toutes, et à des revendications qui se limitent à la reproduction sociale, renvoyant à la marge notre volonté de nous faire partie prenante d’un processus de transformation sociale[1] et rendant de fait inaudibles actions et discours alternatifs.
Quand nous ne nous sommes pas fait, plus ou moins volontairement, les complices de la reconduction d’un ordre social sexiste, raciste et classiste. En niant être traversés nous-mêmes par ces courants. En nous excusant quasiment de nos singularités. En nous appliquant à donner des gages quant à notre respectabilité et notre homologie, à rassurer sur nos pratiques de la conjugalité. Qui nous a entendu nous opposer vigoureusement au pinkwashing ? Aux propos de Marine Le Pen instrumentalisant l’homophobie pour stigmatiser les quartiers ? À ceux qui parmi nous ne cachent pas leur racisme ou prétendent l’habiller de masques libéraux ?
De sorte que nous avons fini par apparaître – même si c’est à tort – comme préoccupés seulement de nos propres droits. Ne luttant plus pour nous opposer aux mécanismes de l’exclusion mais seulement pour recevoir l’autorisation de nous asseoir à la table de la famille traditionnelle, ayant échangé notre force de contestation contre un droit de cité.
Où est passée notre critique des rapports de domination ? Notre opposition à leur inlassable reproduction ? quelle forme d’émancipation proposons-nous ? Quels espaces ouvrons-nous ?
Il est plus que temps, me semble-t-il de sortir des sentiers rebattus de l’égalité et de retrouver une capacité collective à politiser les enjeux de nos luttes. De nous rappeler que les rapports de domination s’inscrivent dans des logiques d’exploitation non seulement sociales mais aussi à visée économique.
Ce qui suppose, si je devais en revenir au point de départ de ce texte, à la PMA et la loi famille, d’affirmer haut et fort que nous voulons une véritable refonte générale des règles de la filiation (à détacher des références biologiques et de la dualité du couple) et non des aménagements qui prennent plus ou moins en compte les réalités de nos vies.
Sur ces questions, quelques éléments de méthode pourraient être cherchés dans une articulation, à diffuser hors de nos cercles d’initiés, des pistes de réflexion proposées par Thomas Linard[2] à travers les textes qu’il publie régulièrement et de la démarche de partage par l’association Les enfants d’Arc en Ciel[3] de témoignages concrets des effets des règles actuelles. Et à condition de ne pas refaire de la famille le titan omnivore que fut le mariage.
Mais plus largement, il me paraît urgent de nous attacher à réinventer des lieux et des moments de rencontres incarnées, (car les réseaux sociaux aussi utiles qu’ils soient sont en train de montrer leurs limites), où la parole des unes et des autres circule, où nos expériences se confrontent, se décalent et s’interpellent. Où les corps et les désirs reprennent place.
Il nous faut régénérer nos expressions collectives, réinvestir le champ culturel au sens large du terme. Nous efforcer de forger des outils contemporains.
Depuis des mois, la détermination violente de quelques-uns à nous faire taire et disparaître de l’espace public ne fait que s’amplifier. Nous pouvons y opposer plaisir, imagination et puissance collective. Ou alors continuer à psalmodier que nous voulons – légitimement – l’égalité. Rien ne nous empêche de produire du sens et du mouvement. Donnons-nous en les moyens. Ouvrons les chantiers.  »
[1] Il y aurait d’ailleurs, à l’aune des divisions traversant aujourd’hui les mouvements féministes, un parallèle à tracer dans les effets politiques des mots d’ordre de l’égalité et de la parité qui furent adoptés quasiment au même moment.

[2] https://www.facebook.com/th.linard

[3] http://lesenfantsarcenciel.wordpress.com/category/vos-temoignages/

 

Poster un commentaire

Classé dans Articles et recherches

Mariage homosexuel : la France raillée par ses voisins européens

Article de Métro du 6 février 2013

http://www.metrofrance.com/info/mariage-homosexuel-la-france-raillee-par-ses-voisins-europeens/mmbf!B9UOXBO3kBTg/#.URN6wSemy9A.facebook

POLEMIQUE – Alors que le débat enflamme l’Assemblée nationale et que les opposants au mariage gay restent ultra-mobilisés, Metro a interrogé des journalistes étrangers pour connaître leur regard sur le projet de loi qui divise tant le pays. Le constat est sans appel.

Des opposantes au mariage pour tous lors de la manifestation à Paris le 13 janvier.

Des opposantes au mariage pour tous lors de la manifestation à Paris le 13 janvier. Photo : SIPA

 « Indigne », « glaçant », « hypocrite ». Le débat sur le mariage pour tous, qui donne lieu à des échanges passionnés depuis des mois en France, étonne et déçoit nos voisins européens. Dernier pays en date à avoir fait passer la réforme du mariage pour les couples homosexuels : la Grande-Bretagne et son gouvernement… conservateur. « Avec des débats beaucoup moins houleux qu’en France », souligne pour Metro Philip Turle, rédacteur en chef adjoint à la rédaction anglaise de RFI, qui ajoute que « la population anglaise n’a pas du tout manifesté ». Les Britanniques ont donc beaucoup de mal à comprendre, poursuit-il, « pourquoi autant de réticences, de débats, et de clivages outre Manche, alors que même l’Espagne a réussi cette avancée sociale ». Il faut croire que « la France est en retard par rapport à l’Europe », conclut-il.

Autre pays réputé pour son conservatisme, l’Espagne a en effet adopté la loi il y a maintenant huit ans. Aujourd’hui, les médias raillent « l’hypocrisie à la Française ». A l’instar du grand quotidien El Pais, qui ne fait pas de cadeau à son voisin, critiquant vertement son « marathon de séances parlementaires inutiles » donnant lieu à des « arguments fallacieux et des anachronismes sociaux sans précédent ». « Chez nous aussi, la société demeure très partagée sur le sujet », affirme le journaliste Juan Pedro Quinonero, correspondant pour le journal conservateur espagnol ABC. « Toutefois, note-t-il, j’ai été très surpris par la diversité des opposants dans la ‘Manif pour tous’ à Paris, où l’on retrouvait aussi bien des familles traditionnelles que modernes ». L’Hexagone serait-il donc plus réac’ qu’on ne le croit ?

Des politiques qui « manquent de courage »

« Je n’imaginais pas la France aussi conservatrice ! », s’étonne ainsi la journaliste belge Joelle Meskens, correspondante pour Le Soir. En poste depuis quinze ans à Paris, elle se dit pourtant « stupéfaite par la virulence des débats ». « En Belgique, nous dit-elle, où la loi est passée il y a dix ans, il n’y a eu aucune manifestation ». Aujourd’hui, « les Belges suivent de près ce débat en France et sont étonnés par ce feuilleton incroyable, si passionné ». Pour la journaliste, cela révèle un vrai paradoxe : « la France met en avant sa laïcité en toutes occasions, or il apparaît avec ce débat que les religions ont encore une réelle influence sur les mentalités ».

Le Britannique Philip Turle se montre beaucoup plus sévère. Et s’en prend directement à la classe politique française dans son ensemble. Avec, d’un côté, une « droite qui n’élève pas le débat » : « on a entendu des dérapages indigne d’un élu », déplore-t-il. De l’autre, un « gouvernement qui manque de courage ». « L’équipe de François Hollande, comme le président lui-même, manque d’expérience politique et de la poigne nécessaire pour mener un débat jusqu’au bout », estime le journaliste. « La société française n’aime pas le changement et son gouvernement est incapable de la rassurer ».

Pire, « il tergiverse sur la PMA, en faisant des petits pas en avant puis en arrière, ce qui montre bien un vrai manque de fermeté politique », assure-t-il. Pour lui, la France devrait regarder en dehors de ses frontières et prendre exemple : « Quand on voit qu’en Grande-Bretagne c’est le parti conservateur qui a fait passer cette réforme sans problème, il faut se poser des questions sur la maturité de la classe politique française ».

1 commentaire

Classé dans Actualités, Articles et recherches

Le12 février à Nantes : C’est Mardi Gras ! Fêtons le Queernaval !

Nouvelle action des DurEs à Queer à Nantes:

http://dures-a-queer.tumblr.com/post/42458113221/le-12-fevrier-a-nantes-cest-mardi-gras-fetons-le

Quoi de mieux en effet que le Mardi-Gras pour se féliciter des combats menés et montrer que nous sommes toujours plus que mobilisEes pour la PMA. Quoi de mieux que cette fête où, traditionnellement, le peuple subvertit l’ordre établi, où le valet se fait maître, où les hommes se font femmes et vice et versa, où les enfants s’octroient des droits d’adulte. Il s’agit bien pour nous de se réjouir des prémices de la fin de ce monde où seule l’hétérosexualité a droit de cité, de dénoncer la mascarade homophobe, afin d’avancer avec fierté sur le char du progrès qui ne connaît pas la marche arrière! Soyons folles, soyons orgiaques, soyons dionysiaques, soyons arlequinEs… soyons nombreuSES!

Rappelons aux bouffons de l’ancien temps que leur parole doit avoir moins de pouvoir que nos confettis.

*Vote de la loi ouvrant le mariage entre personnes du même sexe par l’assemblée nationale

Impression

Poster un commentaire

Classé dans Actions, Actions à venir

Angoulème: festival de la bande dessinée égalitaire

529391_553933697964951_1278021684_n

Poster un commentaire

5 février 2013 · 21:47