Archives de Catégorie: Nos opposants

Manif anti-mariage du 13: derrière Barjot, la puissance des réseaux cathos

http://yagg.com/2013/01/11/manif-anti-mariage-du-13-derriere-barjot-la-puissance-des-reseaux-cathos/

C’est la manif des chiffres qui claquent. Quarante-cinq chars, cinq millions de tracts, 50000 drapeaux, 60000 affiches, 10000 pancartes bleu-blanc-rose, près d’un millier de bus convergeant en même temps vers Paris, etc. La «Manif pour tous», grand rassemblement des anti-mariage organisé dimanche 13 janvier à Paris, rassemblera sans doute des centaines de milliers de personnes. À en croire Le Figaro, la police attendrait une affluence «exceptionnelle». «Ce sera une démonstration de force», affirme Alain Renard, président des Associations familiales catholiques, un des quarante organisateurs. Lui et les autres rêvent déjà de rééditer le coup de 1984, lorsque la droite et le monde catholique mobilisés pour l’école privée avaient fait reculer le gouvernement socialiste de François Mitterrand.

UNE MANIF HORS NORME
On n’en est pas là. Malgré ses atermoiements (sur la «liberté de conscience» des maires ou la procréation médicalement assistée) François Hollande ne compte pas remettre en cause sa promesse d’ouvrir le mariage et l’adoption à tous les couples. Reste qu’il va surveiller une manifestation qui pourrait réunir, pense-t-il, «un demi-million de personnes». Les organisateurs, eux, se gardent bien de donner des chiffres. Mais ils misent sur une immense manifestation. Pas moins de trois cortèges rejoindront le Champ-de-Mars depuis la place d’Italie, Porte-Maillot et Denfert-Rochereau. Le coût aussi promet d’être hors norme.

«À elle seule, la manif va coûter un million d’euros», confie un organisateur.

Un prix qui n’inclut pas les transports des manifestants venus parfois de loin, par train ou par bus.

Une fois de plus, l’attraction de la journée sera Frigide Barjot, la médiatique porte-parole des «anti’», qui se campe en tradi cool, amie autoproclamée des gays, ayant voté (dit-elle) PS en 2007. Derrière elle, une quarantaine d’organisations (la liste figure sur le site officiel) appellent à manifester dimanche. Mais beaucoup ne sont en réalité que des coquilles vides, comme autant de «cautions» (de gauche, homo, etc.) créées pour l’occasion.

«LA GAUCHO, L’HOMO, LA CATHO»
«Y a la gaucho, l’homo, la catho». Frigide Barjot présente ainsi le «trio infernal» des porte-parole de la «Manif pour tous», constitué pour les caméras. La catho, c’est elle, «fofolle» de Dieu autoproclamée, adoratrice de Benoît XVI, qui affirme qu’«il n’y a pas de valeurs de la France sans ses fondements chrétiens». Assez habile pour créer une image aux antipodes de l’austère Christine Boutin, l’égérie des anti-pacs, Barjot ne joue pas les coincées, roule en scooter rose, ne quitte jamais son blouson portant l’inscription d’un célèbre bar gay de Paris. Un objet médiatique bien ciselé, digne d’une héroïne des Tea Party, ces groupes de droite ultra-conservatrice aux États-Unis dont les égéries sont «castées» pour crever l’écran.

À ses cotés, il y a «l’homo»: Xavier Bongibault, de «Plus gay sans mariage», un groupe informel qui dit regrouper 360 personnes. Ce militant UMP dénonce à longueur de journée «l’homophobie des associations LGBT, du gouvernement et de la majorité» qui confisqueraient «la liberté de parole» des personnes homosexuelles. Et puis il y a la «gaucho»: Laurence Tcheng (qui se dit aussi «très catho») a fondé «La Gauche pour le mariage républicain». «Un collectif monté à l’appel de Frigide», avoue-t-elle. Plutôt une marque, sans véritable existence. «Aujourd’hui, y a une malheureuse page Facebook. J’ai pas le temps, je ne la fais pas vivre, j’y vais jamais. Y en a 150 qui ont adhéré, c’est rien, c’est confidentiel», confie Laurence Tcheng. Elle est censée incarner les électeurs de François Hollande «qui n’ont pas voté pour la proposition 31 plus la PMA». Mais en réalité, elle n’a pas voté à la dernière présidentielle, selon ce portrait de Rue89.

UNE DIVERSITÉ DE FAÇADE
«La Manif pour tous» compte bien d’autres structures fantomatiques dont le seul but est d’afficher une prétendue diversité. «David et Eugenia» est ainsi censé représenter les «juifs» contre le mariage. «C’est une signature, pas une association», relativise son «fondateur», Lionel Lumbroso. En fait, il s’agit d’un pastiche de «David et Jonathan», une association de chrétiens LGBT. Le nom? «Ma femme s’appelle Eugenia, explique Lionel Lumbroso. Grâce à elle et moi, il y a une diversité représentative, on est un symbole.»

Homovox  se veut le «collectif» des homosexuels qui «ne se reconnaissent pas dans le mariage et l’adoption», ne veulent pas «singer les hétéros» ni «faire partie des lobbies». Son initiatrice, Nathalie de Williencourt, chrétienne et mère de 6 enfants, n’est pourtant pas du tout lesbienne. Les sympathisants ne se bousculent pas. «On est 10», admet Nathalie de Williencourt. Dont un chef d’entreprise gay, Benoît d’Halluin, vers lequel les médias sont systématiquement orientés. Mercredi dernier, à la fin de la conférence de presse de la «Manif pour tous», les attachées de presse cherchaient en vain des lesbiennes acceptant de prendre la parole. «On les floute, pourvu qu’elles parlent»…

Lors de ces conférences de presse, des «prises de guerre» sont aussi exhibées avec ostentation. Dernières en date: Georgina Dufoix, ancienne ministre de la Santé de François Mitterrand, convertie au protestantisme évangélique au début des années 90. Ou Patrick Henault, ancien ambassadeur de France aux droits de l’Homme entre 2000 et 2003, membre du réseau catholique Justice et Paix.

La stratégie de communication est bien connue: faire monter au créneau des personnalités permettant de battre en brèche l’idée d’un grand rassemblement de catholiques réactionnaires. Pourtant, la manifestation de dimanche, même si elle se veut «apolitique» sera bel et bien le rendez-vous des droites. L’UMP, le FN et toutes les constellations de l’extrême droite appellent à manifester. Quant aux réseaux catholiques les plus traditionalistes, ils sont mobilisés comme jamais.

LE RENDEZ-VOUS DES CATHOS
Car derrière Barjot & co., les vrais organisateurs de la «Manif pour tous» affichent un profil très marqué. Son président, Guillaume de Premare, créateur du blog Urgence Com” Catho, est une sorte de lobbyiste du pape qui intervient auprès des médias pour les aider à décrypter le discours de l’Église, selon La Croix. Comme Le Canard enchaîné l’a révélé, «les autres postes d’administrateurs» de la «Manif pour Tous» «sont occupés par des anciens des scouts d’Europe et des rassemblements traditionalistes», comme la comtesse Ludovine de la Rochère, responsable de la très pieuse fondation Jérôme Lejeune (anti-avortement)».

Le «coordinateur», Albéric Dumont, chargé de la logistique avec 400 bénévoles «à plein temps», coordonne aussi la Marche pour la Vie, le rendez-vous annuel de la galaxie anti-avortement, regroupant une myriade de structures au nom transparent (SOS Tout-Petit, La Trêve de Dieu, Le Comité pour sauver l’enfance à naître ou encore Renaissance Catholique). Cette année, la Marche pour la vie était justement prévue le 13 janvier… Parfois présenté comme proche des Jeunesses identitaires ou de la très droitière Action Française, il dément: «Je n’ai jamais eu ma carte dans un parti, un groupuscule, distribué un tract ou assisté à une conférence». Il ajoute toutefois: «Après on m’a peut-être vu serrer des mains, c’est possible…»

LA BOUTINSPHÈRE
Sans surprise, on retrouve aussi les proches de Christine Boutin, ancienne candidate à la présidentielle et présidente du parti chrétien-démocrate, une des principales porte-voix du Vatican en France. Alliance Vita, l’organisation «pro-life» créée par la passionaria anti-pacs, fait partie des organisateurs de la manifestation du 13 janvier. C’est Vita qui, cet automne, a organisé les fameuses chorégraphies «Un papa, une maman» mettant en scène des oiseaux humains en justaucorps moulant gris. Son délégué général, Tugdual Derville, est un des porte-parole de la «Manif pour tous».

Autre figure de la Boutinsphère: Jean-Paul Bolufer, ancien directeur de cabinet de Christine Boutin au ministère du Logement. Cet énarque, catholique ultra, connu pour son combat anti-avortement au côté de la fondation Jérôme Lejeune, anime Dialogue et Humanisme, un think-tank qui figure sur la liste des organisateurs. Comme une foule d’autres associations très en phase avec l’Église: l’Alliance pour un nouveau féminisme européen animé par une ancienne députée européenne de l’ex-parti de Philippe de Villiers, le Collectif pour l’enfant de Béatrice Bourges, ou encore Tous pour le mariage, animé par un prêtre de Toulon.

35000 MILITANTS HYPERMOTIVÉS
Mais de l’aveu même de son président, Alain Renard, le «gros des troupes» est fourni par les Associations familiales catholiques (AFC). Forte de 35000 militants hypermotivés, cette structure qui a pignon sur rue (elle fait partie de la très officielle Union nationale des associations familiales) est proche du Vatican et entretient des «relations très étroites avec le Conseil pontifical pour la famille». En 1998, les AFC avaient déjà mobilisé contre le pacs. Dans bien des départements, ce sont leurs bénévoles qui ont organisé le remplissage des cars pour Paris.

Autre «vieille dame» très impliquée dans la mobilisation, Familles de France, «premier mouvement associatif familial de France» qui dit regrouper entre «80000 familles et 100000 familles». Longtemps présidée par un ultra, disciple de Franco, Familles de France joue aujourd’hui le recentrage. «Nous n’aurions pas dû mobiliser contre le pacs, c’était une grosse erreur», dit son président actuel Thierry Vidor, qui se veut «pluraliste» et refuse «tout lien politique confessionnel, syndical, idéologique». «Ils ont quand même beaucoup de chrétiens dans leur rang», affirme Alain Renard, perfide.

D’autres associations familiales chrétiennes mobilisent, comme l’Association des familles protestantes, qui revendique «4400 familles». «Tout ce qui est dangereux pour le faible n’aide pas à la solidarité, fragilise la transmission, doit être combattu. C’est ma position, c’est réactionnaire, j’achète», tonne son tonitruant président «à vie», Pierre Patrick Kaltenbach. En 1998, l’AFP avait déjà manifesté contre le pacs, «une pure niche fiscale sans justification morale».

UNE MOBILISATION BIEN PRÉPARÉE
En réalité, les réseaux catholiques mobilisent depuis des mois contre le mariage pour tous. À l’instar du cardinal André Vingt-Trois, ostensiblement soutenu par le Vatican, la hiérarchie de l’Église s’est mise en ordre de bataille. Une nuée d’évêques a dit son opposition. À Noël encore, de nombreux prêches dans les églises ont appelé à la mobilisation. Et de récentes polémiques ont prouvé le lobbying intense d’une partie de l’enseignement catholique contre le mariage pour tous… Sur Radio Notre-Dame, le coordinateur de la «Manif pour tous», Albéric Dumont confiait il y a quelques jours que des curés «organisent des départs depuis leur paroisse le 13 janvier». «Dans ma circonscription, la personne qui remplit les cars pour le 13 est responsable d’une association qui gère un sanctuaire catholique», raconte un député socialiste.

«On s’organise via le maillage du réseau», assure Albéric Dumont. Antoine Renard, des AFC, est encore plus explicite. «Nous sommes organisés depuis un siècle, nous avons un vrai maillage du territoire. Et comme chez nous, les gens pensent assez facilement la même chose, c’est assez facile de mobiliser. Nous avons 30000 adhérents, qui sont des militants plutôt que des adhérents, 30000 familles qui ont à chaque fois 4 ou 5 enfants, c’est dire que nous sommes presque autant que le PS!». Dimanche, des garderies seront même organisées dans certaines paroisses pour permettre aux parents de manifester. «Un service de garderie pour les 0-4 ans est mis en place à partir de 12h et jusqu’à environ 18 heures dans les locaux paroissiaux de la Garenne Colombes et de Notre-Dame du bon Secours à Bois-Colombes», indique ainsi un e-mail adressé aux militants d’Asnières que nous nous sommes procuré. Un service organisé, une fois de plus, par les AFC.

LE COÛT DE LA MANIF
Évidemment, cette mobilisation a un prix. Car même si les 400 ou 500 organisateurs mobilisés à plein temps depuis des semaines sont bénévoles, la manifestation coûte à elle seule «un million d’euros» selon les organisateurs. Sur Radio Notre-Dame, Albéric Dumont a même publiquement évoqué un coût de «deux à trois euros par manifestant». Une facture très élevée – l’Inter-LGBT ne dépensera que «15000 à 20000 euros» au total pour la logistique des manifestations pro-mariage du 16 décembre et du 27 janvier – justifiée selon les organisateurs par la sonorisation, les installations scéniques au Champ-de-Mars – un podium de 160 m², trois écrans géants de 30m² chacun – mais surtout les contraintes de sécurité imposées par la préfecture au vu de la taille du cortège qui imposent par exemple d’avoir recours à des sociétés de gardiennage.

Comment tout cela est-il financé? Par la bonne volonté de tous, affirment en chœur les organisateurs: les dons de particuliers en ligne qui afflueraient, les quêtes organisées sur le terrain ou dans le cortège du 17 novembre – ce sera aussi le cas dimanche. «Il n’y a que des associations avec nous, elles n’ont pas Pierre Bergé qui veut louer des utérus à tour de bras pour nous aider», affirme Albéric Dumont. «Les moyens sont personnels, privés c’est pour ça qu’ils sont puissants, nombreux et non-mesurables. Les gens existent de leur propre poche. On n’est pas la CGT, Monsieur Désir ou l’UMP. Il n’ y a pas un sou à verser quand les gens croient en quelque chose», affirme Pierre Patrick Kaltenbach, de l’Association des familles protestantes.

DE BONNES FÉES TRÈS CATHOLIQUES
Quant au transport en bus (56 euros par tête depuis Bordeaux, 20 euros depuis Charleville-Mézières, 30 euros depuis la Corrèze), il est financé in fine par les participants eux-mêmes, jurent les organisateurs. De même que les cinq TGV spéciaux qui partiront dimanche matin de Bordeaux, Bayonne, Lyon, Marseille et Toulon – transportant au total 2500 personnes. Selon nos informations, les organisateurs souhaitaient au départ organiser 40000 départs en train depuis la province. Ce qui aurait nécessité environ 80 TGV spéciaux.

Mais ils ont vite déchanté en s’apercevant qu’ils devraient débourser pour chaque train environ 25% d’acompte (affréter un TGV coûte en moyenne 50000 euros). «Ils avaient une vraie ambition au départ, mais les trains spéciaux sont tombés les uns après les autres: ils n’ont réservé que ceux qu’ils étaient sûrs de pouvoir remplir», confie la direction de la SNCF. Tarif imposé par l’entreprise publique: 100 euros pour un Paris-Lyon, 120 euros pour Paris-Marseille. Pas donné à tout le monde…

Reste que de bonnes fées très catholiques veillent sur le bouclage financier de l’opération. Difficile d’imaginer que quelques généreux donateurs n’aient pas signé de gros chèques. Alliance Vita, qui a déjà versé un écot de 5000 euros pour soutenir la manif du 17 novembre, signera cette fois encore un chèque, au montant pour l’instant inconnu. Thierry Vidor, de Familles de France, admet que «chaque adhérent paie sa quote-part pour les bus, mais l’association peut localement proposer une participation». «Nous avons dit à nos associations locales qui ont du mal à boucler le budget que la confédération nationale dispose de fonds qui pourront être mis à contribution si nécessaire», affirme sans ambages Alain Renard, le président des AFC, dont bien des structures locales ont avancé les frais d’affrètement des cars.

À la différence de la «Manif pour tous», Alliance Vita, AFC, Familles de France et les autres associations bien installées ont la particularité d’être reconnues «d’intérêt général». Elles offrent du coup une réduction fiscale à leurs donateurs particuliers. C’est d’ailleurs aussi le cas des intégristes de Civitas qui, eux aussi, manifesteront ce dimanche. Juste derrière le cortège bleu-blanc-rose de Barjot & co.

Photo Capture

Mathieu Magnaudeix de Mediapart et Julien Massillon

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Nos opposants

Désintox: Jean-François Copé et le mariage pour tous

L’argument des anti mariage pour tous: dans le code civil, les termes “père” et “mère” seraient remplacés par “parent A” et “parent B”. C’est complètement FAUX. La preuve dans cette courte vidéo:

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=JdOtMMTibUI

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Nos opposants

Pétition contre le financement public de Civitas

Pétition de l’UFAL (Union des Familles Laïques) qui date du jeudi 29 novembre 2012:

http://www.ufal.info/feminisme-et-laicite/stop-au-financement-public-de-civitas/6811

« L’officine intégriste CIVITAS incite au financement de ses méfaits en sollicitant des dons de la part de particuliers et de sociétés, dons qui bénéficient d’une déduction fiscale sous la forme d’une réduction d’impôt. L’État, et donc l’ensemble des citoyens, finance ainsi CIVITAS en renonçant à percevoir 60 ou 66% du montant des dons au travers de la réduction des impôts acquittés par les donateurs. Cela est rendu possible par une reconnaissance d’intérêt général de Civitas par les services fiscaux : ce n’est pas justifiable au vu des actions de Civitas.
L’UFAL demande donc que le Ministre de l’Economie, Pierre Moscovoci, prenne les mesures nécessaires pour que cela cesse. »

Pour signer la pétition, c’est ici:

http://www.ufal.info/feminisme-et-laicite/stop-au-financement-public-de-civitas/6811

Poster un commentaire

Classé dans Actions, Actions passées, Nos opposants

Institut Civitas: émission de France Inter « Du côté obscur de l’Eglise »

Emission de France Inter du 15 novembre 2012 par Baptiste Etchegaray.

http://www.franceinter.fr/emission-2013-annee-folle-2-du-cote-obscur-de-l-eglise

Transcription de l’émission ci-dessous faite par mes soins, il se peut qu’il y ait quelques erreurs et/ou quelques oublis. Si vous souhaitez le texte exact, je vous invite à écouter l’émission directement (lien ci-dessus).

Homme 1 : CIVITAS veut effectivement effectuer un petit tour de France, tenter d’informer le maximum de français. Il s’agit de leur exposer notre vision des choses : pourquoi nous considérons que ce projet de loi est nocif et pourquoi nous considérons qu’il faut nous mobiliser pour tenter d’empêcher qu’ils trouvent une majorité de parlementaires à l’assemblée nationale pour le voter.

————————————————————————————————————————————–

Journaliste : Nous sommes dans une petite salle remplie à la Madeleine, c’est juste à côté de Lille. Beaucoup de cheveux blancs mais aussi des jeunes, look branché, venus écouter religieusement Alain Esacada, le leader de l’institut CIVITAS. CIVITAS, c’est ce mouvement catholique proche de l’extrême droite qui est parti en campagne il y a deux mois avec ce slogan choc : « aujourd’hui le mariage gay, demain la polygamie ». Et dans une ville différente chaque semaine Alain Escada déroule son argumentaire, oreilles sensibles s’abstenir. Son objectif est de réunir le plus de monde possible à la manifestation contre le mariage pour tous qui aura lieu ce dimanche 18 novembre à Paris.

————————————————————————————————————————————–

Homme 2 : Petit à petit, quand même nous en arrivons très certainement à remplir cette salle comme c’était espéré.

Journaliste : Vous pensez qu’on peut être catholique, croyant et homosexuel ?

Homme 2 : Je pense que certains peuvent croire être à la fois catholique et homosexuel pratiquant mais qu’en réalité c’est un leurre et qu’ils ne se rendent pas compte de la contradiction que cela signifie et de l’incompatibilité que cela créé. On ne peut être à la fois catholique pratiquant et homosexuel pratiquant.

J : Donc vous pensez que c’est un choix d’être homosexuel ?

Homme 2 : Je le pense oui. Je pense que chaque individu est maître de ses pulsions. Que chaque individu est quotidiennement confronté à ses mauvais penchants. Et qu’il a le choix d’y céder ou de ne pas y céder. Je crois qu’aujourd’hui, on peut trouver des témoignages euh de gens qui ont un penchant homosexuel mais qui ont choisi de le maîtriser.

J : Vous en connaissez ?

Homme 2: J’ai lu deux ouvrages différents écrits par des homosexuels français ayant choisi désormais la voie de l’abstinence sexuelle. Ca existe. Je suppose qu’ils ne sont pas des exceptions, que ce n’est pas insurmontable.

————————————————————————————————————————————–

Voix  d’homme 3 dans un micro : Il y a un aspect qu’on a peut-être un peu omis ou oublié c’est que euh nos amis, apparemment, il y en a quelques uns dans la salle si j’ai bien compris. Nos amis homosexuels, ils nous font du souci pour eux. Mais notre souci c’est que les homosexuels soient des gens heureux. Or, nous savons, nous, que l’homosexualité, alors vous allez me dire que vous êtes pas d’accord mais l’homosexualité est un péché. Tout péché éloigne de Dieu. Quand on est éloigné de Dieu, on ne peut pas être heureux. C’est ça le fond du problème. Et ils prennent une route qui n’est pas bonne. Ils ne prennent pas du tout du tout du tout la route du bonheur.

Une voix de femme 1 : Excusez-moi. J’aimerais juste apporter mon témoignage. En fait, en tant que lesbienne, oui je suis lesbienne, je suis très très très bien, je suis  très bien en tant que lesbienne, je vis très très bien, je suis très heureuse comme vous venez de dire monsieur. Et je suis catholique, je suis confirmée, j’ai fait ma communion. Mais c’est très violent, actuellement, en ce moment parce qu’en fait en attendant tout ça et cetera, je doute, j’ai plus la fois en fait. Je pense vous voyez que j’ai plus la foi parce que je me rends compte qu’en fait que les gens qui euh en fait les chrétiens sont des gens pas tolérants en fait, des gens pas respectueux, des gens qui n’acquiescent pas en fait ce que je suis, qui me projettent alors que j’ai essayé. Moi, j’avais la foi, j’avais la foi dans mon cœur. Jusque là, je vous rassure, moi je suis bien avec moi-même. C’est juste les autres qui sont mauvais avec moi.

————————————————————————————————————————————–

Journalise : Bonjour.

Femme 2 : Bonjour.

Journaliste : Pourquoi vous êtes venue ?

Femme 2 : Pourquoi ? Pour vérifier qu’y a pas de grabuge ce soir parce que c’est mon territoire.

Journaliste : Quand vous dites « c’est mon territoire », c’est-à-dire ?

Femme 2 : Ben parce que nous sommes élus, nous à la Madeleine donc une manifestation comme ça sur son territoire comme on sait qu’en ce moment c’est un peu chaud donc voilà donc j’essaie de voir si tout se passe bien.

Journaliste: Et alors ?

Femme 2 : Et ben ça s’est bien passé parce qu’ils ne sont pas tapés dessus. Verbalement certes mais ça on le savait. Mais je pense qu’il n’y a pas eu de débat. C’est dommage parce que chacun reste sur ses positions. Mais de toute façon, dans ce domaine, je pense pas qu’il y ait de débat à avoir.

————————————————————————————————————————————–

Homme 4 : Moi je suis venu, tout simplement pour m’informer parce que euh y a une idée à défendre.

Journaliste : Laquelle ?

Homme 4: Ben l’idée du mariage qui est quelque chose de sacré qu’on ne peut pas galvauder, en faire n’importe quoi. Et comme je disais tout à l’heure, le mariage pour moi c’est qu’il y ait un fruit. Quel fruit peut-il y avoir dans un mariage homosexuel ? C’est tout, euh, ça va ouvrir la porte à tout.

Journaliste : Ouvrir la porte à quoi ?

Homme 4 : Ben vous savez bien

Journaliste :  A l’inceste, la polygamie ?

Homme 4: Non, non pas à l’inceste.

Journaliste: Parce qu’il a été question de ça, à l’inceste, à la polygamie aussi, la pédophilie.

Homme 4 : Non, il a dit oui évidemment si vous voulez on commence à accepter ça et puis après, ben ça mais, je ne crois pas que euh les homosexuels sont plus incestueux que les autres hein.

Journaliste : Parce que vous avez acheté son livre ?

Homme 4 : Comment ?

Journaliste : Alain Escada, vous avez acheté son livre ?

Homme 4: Oui, oui.

Journaliste : C’est tout ce qu’il a dit ce soir déjà, non ?

Homme 4 : Ben oui, probablement, ben oui oui il rappelle un peu.

————————————————————————————————————————————–

Homme 5 : Comme ça vous pouvez vérifier les documents justement. Ben, de toute façon, je ne sais pas moi si vous êtes pour mais moi je prie pour la conversion d’un homosexuel. C’est une carence minérale ou bien est-ce que c’est une excitation par la viande qui fait que ces gens se tripotent et ont besoin de se soulager, je ne sais pas.

Journaliste : Vous parlez sérieusement là ?

Homme 5 : Comment ?

Journaliste : Vous parlez sérieusement ?

Homme 5 : ah ben, j’ai lu des articles là-dessus. Si vous êtes là, c’est parce que vos parents ont eu des enfants. C’est parce que vos parents n’étaient pas homosexuels. Vous pouvez dire « deo gracias »

————————————————————————————————————————————–

Journaliste : Pourquoi vous êtes venue ?

Femme 3 : Pour me rendre compte un peu, un peu des choses, un peu de l’absurdité qu’il y a en France.

Journaliste : Ca vous fait rire ?

Femme 3 : Oui beaucoup. C’est risible au possible, c’est dingue d’être aussi bornés, de se limiter à la religion. Enfin, ils utilisent ça quoi. Ils cherchent pas plus loin. Ils réfléchissent pas. C’est dingue franchement. Je trouve ça écœurant. Vraiment écœurant. On est en 2012 quoi.

Poster un commentaire

Classé dans Nos opposants

Les opposants au mariage pour tous sont-ils homophobes?

Les manifestants du 17 novembre, s’enorgueillant de ne pas manifester avec Civitas, nous demandent de ne pas les traiter d’homophobes au prétexte qu’ils sont « seulement » contre le mariage pour tous (en plus ils ont tous plein d’amis gays!)

Rappelons la définition de l’homophobie:

L’homophobie pourrait se définir comme toute manifestation, avouée ou non, de discrimination, d’exclusion ou de violence à l’encontre d’individus, de groupes ou de pratiques homosexuels ou perçus comme tels au motif de l’homosexualité. Elle désigne l’hostilité explicite ou implicite subie par les homosexuels.

Qu’est-ce que la discrimination?

Le fait de distinguer et de traiter différemment (le plus souvent plus mal) quelqu’un ou un groupe par rapport au reste de la collectivité ou par rapport à une autre personne

C’est pourquoi SOS homophobie résume ces deux définitions ainsi:

Est ainsi homophobe toute organisation ou individu rejetant l’homosexualité et les homosexuel-le-s, et ne leur reconnaissant pas les mêmes droits qu’aux hétérosexuel-le-s. L’homophobie est donc un rejet de la différence, au même titre que la xénophobie, le racisme, le sexisme, les discriminations sociales, liée aux croyances religieuses, aux handicaps, etc.

On retrouve bien le fait qu’une personne contre le mariage pour tous est une personne qui ne traite pas les homosexuels de la même façon que les hétérosexuels. Elle exerce donc une discrimination envers les homosexuels, elle est donc homophobe.

Poster un commentaire

Classé dans Articles et recherches, Nos opposants

Yves Alberello, député de Seine et Marne

Il fait parti des 19 députés qui rappelaient à l’ordre les députés UMP qui avaient l’outrecuidance de demander à ce que le mariage homosexuel soit inscrit dans le programme de l’UMP en 2012.

Pour lui le mariage entre personnes de même sexe est une provocation… Mais bien sûr, les homos n’ont rien d’autre à faire dans la vie que de chercher à choquer les bons réacs français ! Vouloir se marier parce que l’on s’aime? quelle idée bizarre !

(Je ne vous mets pas le lien du journal car ça vient de Nouvelles de France, un site internet bien trop à droite pour ce site)

 

Poster un commentaire

Classé dans Nos opposants

Véronique Besse, député de Vendée

Difficile d’attendre une quelconque volonté d’appliquer l’égalité des droits à tous les citoyens venant d’une proche de Philippe De Villiers, lui-même plus royaliste que républicain.

« c’est le sacrifice de la famille naturelle sur l’autel des revendications communautaristes « 

 

Poster un commentaire

Classé dans Nos opposants