Archives de Catégorie: Nos Alliés

Utiliser la fonction « rechercher » pour trouver plus rapidement le député qui vous intéresse.

Plus de 250 artistes engagés en faveur du mariage pour tous!

http://www.huffingtonpost.fr/thomas-pawlowski/mariage-gay-petition_b_2425528.html

MARIAGE GAY – Alors que deux pétitions début décembre réunissaient les signatures de près de quatre-vingt personnalités, plusieurs journaux titraient quinze jours plus tard sur le manque d’implication des artistes.

Mauvaise foi de la part d’une presse clairement orientée ou mauvaise communication?

Un peu des deux mais tout de même…

Une kyrielle d’initiatives dont les réseaux sociaux se sont fait échos embarquant de nombreuses personnalités parmi lesquelles Zabou Breitman, La Grande Sophie, Keren Ann, Laurent Garnier, Charles Berling a été réalisée.

Comment un journaliste peut-il ainsi ignorer une tribune appelant à dire non à la collusion de la haine de surcroît lorsqu’elle est lancée par Pierre Bergé et publiée dans Le Monde? Un texte fort dénonçant le lobby de la bêtise auquel Amélie Nothomb, Josiane Balasko, Marina Foïs, Chiara Mastroïanni, Vincent Delerm, Louis Garel, Patrice Chéreau ou encore Marianne James ont apposé leur signature.

Rappelant par ce biais que certains représentants de l’Etat et autres élus dérapent de manière régulière sur la question: tantôt déclarant que les comportements homosexuels sont inférieurs moralement, tantôt prophétisant que l’union homosexuelle si elle était autorisée amènerait à légaliser également l’union avec les animaux.

Comment lorsque l’AFP réalise une dépêche dont le contenu évoque une pétition recueillant la signature de cinquante personnalités pour réclamer l’égalité pour tous, le lendemain, des journaux peuvent-ils titrer: « Les célébrités s’engagent encore peu » ou « Les artistes s’engagent timidement »? Le propre du journalisme n’est-il pas de chercher, de vérifier, de comparer l’information avant de rédiger son papier? Les noms de Julien Clerc, Mika, Patricia Kaas, Jeanne Cherhal, Thomas Fersen, Valérie Damidot, DominiPque A, Jenifer Bartoli figurent pourtant sur cette missive.

Que penser également de l’attitude d’un journal de droite qui se permet d’ironiser sur le nom des personnalités qui s’engagent et qui relayent de manière tout à fait approximative certaines informations? Il est certes plus facile évidemment de titrer et de mobiliser sur l’opposition supposée de trois personnalités aux mariages pour tous. Personnalités qui d’ailleurs nuanceront très vite leurs propos.

Pourtant les initiatives ont été variées: ici le projet Entourage lancé par Martin Gaillard dans lequel des personnalités hétérosexuelles comme Lilian Thuram, Maurice Barthelemy, Antoine de Caunes ou Jérémy Elkaïm ont appelé via des vidéos à l’égalité pour tous; là le photographe Olivier Ciappa pour qui jusque fin janvier des personnalités prennent la pose devant une banderole « stop à l’homophobie »: Cécile Cassel, Helena Noguerra, Lorie ou Pierre Arditti pour ne citer qu’eux se sont prêtés au jeu.

2012-12-07-mariagepourtous1.jpg

La scène électronique va plus loin, en s’engageant non seulement en faveur du mariage, de l’adoption mais aussi de la procréation médicalement assisté (PMA) pour tous via le blog musical « Fight for your right to marry ». Chacun leur tour : Pedro Winter, Justice, Yuksek, Emilie Simon, Air, M83, Miss Kittin, DJ Chloé ou encore Tahity Boy ont posté sur le blog leur chanson idéale pour le mariage de leurs amis homosexuels, précisant que la culture homosexuelle a toujours été en avance sur son temps.

Alors sans doute peut-on parler d’un manque de coordination, mais pas d’un manque de mobilisation. Ils sont plus de deux cent cinquante à avoir pris position. Des plus évidents comme Mylène Farmer, Céline Dion ou Emmanuel Moire au plus surprenant Michel Sardou, Kamini, Grand Corps Malade. Si ces manifestations se font en ordre dispersé et ressemblent à un patchwork c’est parce qu’elles sont spontanées et qu’elles viennent du cœur. Mais que cette presse clairement positionnée contre le mariage pour tous ne s’y trompe pas, elles sont là et bien là.

Quand Nolwenn Leroy est interrogée sur Europe 1, c’est sans hésitation qu’elle affirme son soutien au mariage pour tous et qu’elle souligne l’aberration de la situation actuelle. Lorsque la jeune Alizée explique qu’elle est marraine d’une petite fille qui a deux mamans et que ces dernières sont biens meilleures mamans que de nombreux couples hétérosexuels, on ne peut pas la taxer de récupération. Enfin quand Elisabeth Badinter balaye le sujet d’un revers de la main, en déclarant « Quand on voit la somme de malheurs, de névroses, de douleurs que peut engendrer la famille hétérosexuelle la plus traditionnelle qui soit, je me dis: au nom de quoi une famille homoparentale serait-elle pire? » N’a t-on pas tout dit ?

Tout cela n’est pas qu’apparence, le 16 décembre dernier ils étaient nombreux à défiler dans les rues aux côtés des 150.000 autres manifestants: Mademoiselle K, Christophe Beaugrand, Baz’Arts à Nanas, Pascale Clark pour ne citer qu’eux.

Il ne s’agit pas ici de faire un inventaire à la Prévert mais de rappeler (à cette presse qui fait de celle qui chantait « Fais moi l’amour avec deux doigts » leur nouvelle Jeanne D’Arc), que les artistes s’engagent: ils s’appellent Gérard Lanvin, The Shoes, Shy’M, Jeanne Moreau, Philippe Manoevre, Laëtitia Casta, Superbus, Clarika, Chris Mayne, Karine Ferri, Elodie Navare, Fabrice Luchini, Karin Viard, Ysa Ferrer, Julie Gayet, The Shoes, Vitalic, Quentin Mosimann, Christophe Honoré, Barbara Carlotti, Baptiste Lecaplain, Alex Beaupain, François Morel, Etienne de Crecy, Isabelle Caré, Enora Malagré, Patrick Timsit, Valérie Lemercier, Miss Kitin, Julie Zenatti, China Moses, Anggun, Patrick Bruel, M83, Merwan Rim, Manu Katché, Alexandre Astier, Alex Lutz, Sofia Essaïdi, Tal, Elie Semoun, Denis Poldalydes, Louisy Joseph, Emilie Dequenne, Chris Mayne, Eric Lartigau, Bruno Solo, Isabelle Giordanno, Yelle, Clément Sibony, Paraone, Séverin, Sofia Aram…

Ils sont plus de 250 ils se sont engagés et sur cette question, il n’y a plus à tergiverser.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Actualités, Nos Alliés

Lilian Thuram compare le refus du mariage gay au refus des droits des Noirs

http://www.directmatin.fr/people/2012-12-11/lilian-thuram-compare-le-refus-du-mariage-gay-au-refus-des-droits-des-noirs-282584

Lilian Thuram compare le refus du mariage gay au refus des droits des noirs
[Josep Lago / AFP/Archives]

L’ancien footballeur Lilian Thuram s’est demandé mardi « si ceux qui refusent le mariage pour tous se rendent compte qu’ils sont dans la même démarche que ceux qui refusaient l’égalité à des hommes et des femmes parce qu’ils étaient noirs ».

Lors d’un chat sur le site gay Yagg.com, Lilian Thuram a jugé « surréaliste de devoir faire une manifestation pour l’égalité » des droits, comme celle prévue le 16 décembre.

« Ca me ramène des décennies en arrière, lors des marches aux États-Unis où des personnes noires faisaient des marches pour demander des droits. Faire cette même marche en 2012 prouve que l’égalité c’est quelque chose qui se construit et qui se gagne », ajoute-t-il.

Auteur AFP

3 Commentaires

Classé dans Articles et recherches, Nos Alliés

Hétéros solidaires: «Je ne peux pas laisser parler à ma place le parti de la haine»

http://yagg.com/2012/12/07/heteros-solidaires-je-ne-peux-pas-laisser-parler-a-ma-place-le-parti-de-la-haine/

Elles sont hétérosexuelles. Célibataire, mère célibataire ou mariée avec un enfant. Et elles sont en colère. Très en colère. Agathe Robilliard, Mélusine Laura Raynaud et Adeline Amiel Donat ont décidé de mobiliser un maximum d’hétéros pour qu’ils/elles prennent part à la manifestation pour l’égalité des droits du dimanche 16 décembre, à Paris, via notamment un événement «Hétéros solidaires, sortons du placard» sur Facebook et un site web. En solidarité avec les LGBT, car elles estiment que ce combat pour l’égalité des droits se doit d’être collectif.

Comme le dit Adeline dans notre interview ci-dessous, «on demande rarement à ceux qui ont le pouvoir de la majorité, de la norme, de se mobiliser. Les hétéros ne sont pas habitués à être appelés de la sorte! Je crois que le débat les touche et que l’idée d’être assimilé aux propos haineux de mouvements violents qui prônent un schéma archaïque et réac’ de la famille est totalement insupportable!».

Pour Yagg, elles expliquent l’origine et le sens de leur combat.

Comment est née l’idée d’Hétéros solidaires? Adeline Amiel Donat Mélusine et Agathe m’ont proposé de les rejoindre après avoir vu ma colère sur Facebook et Twitter quand les Femen se sont fait tabasser à la manif de Civitas. Je ne veux pas que l’amalgame soit fait: les hétéros sont progressistes et refusent qu’on leur impose une vision archaïque de la famille. Nous sommes célibataires, mariées ou dans une famille monoparentale et nous sommes aux côtés de nos familles et nos amis LGBT pour l’égalité.

Mélusine Laura Raynaud Je n’ai pas supporté que l’on traite mes amis ou les membres de ma famille en particulier et les homosexuels en général de zoophiles. J’ai trouvé intolérable ce vomi de haine, cette violence lors de la manif anti-mariage pour tous, ces femmes qui se faisaient rouer de coups, ça m’a profondément choquée. Je ne comprenais pas pourquoi on n’entendait que le discours gerbant des «anti» et tout ce vieux revival de relents pétainistes.

Je refuse que ces gens-là me représentent, je suis hétéro, mariée avec enfant mais je ne supporte pas l’idée qu’on nous dicte qui nous devons aimer ou pas, avec qui nous devons nous marier ou pas, avec qui faire des enfants ou pas.

Je trouve scandaleux qu’aujourd’hui en 2012 on nous prive de cette liberté de choix fondamentale! Aujourd’hui, la famille est plurielle. Il n’y en a pas qu’une seule et toutes sont particulières. Et oui, effectivement, il y a plein d’homosexuels qui ne veulent pas se marier. C’est leur droit mais c’est aussi leur droit d’avoir le choix. Je n’ai jamais manifesté mais cette fois-ci je veux être dans la rue auprès de ceux que j’aime parce que je suis convaincue que ce combat est un combat collectif pour construire une France moderne, progressiste, généreuse et libre.

Agathe Robilliard Je me dois de réagir, je ne peux pas laisser parler à ma place le parti de la haine. C’est intolérable et insoutenable cette violence du simple fait que nos amis et nos parents veulent obtenir les droits basiques que la loi nous accorde à nous, les hétéros, depuis des siècles. Nous faisons garder, éduquer, soigner nos enfants par leurs parrains, marraines, oncles, tantes, baby-sitters, enseignants, médecins, pédiatres, etc., gays et lesbiennes, nous savons intimement qu’ils aiment les enfants comme nous: profondément.

Quel accueil avez-vous reçu de la part de vos proches? Sentez-vous une mobilisation qui grandit chez les hétéros? AAD On demande rarement à ceux qui ont le pouvoir de la majorité, de la norme, de se mobiliser. Les hétéros ne sont pas habitués à être appelés de la sorte! Je crois que le débat les touche et que l’idée d’être assimilé aux propos haineux de mouvements violents qui prônent un schéma archaïque et réac’ de la famille est totalement insupportable! Le retour est donc très positif!

MLR Je suis encore énervée, je trouve que ça ne réagit pas encore assez.

Ça me débecte de voir certains hétéros, les «gay-friendly de salon», ils se vantent d’être branchés parce qu’ils ont des potes gays, c’est chic. On ne les entend pas beaucoup…

Moi, je veux pouvoir me regarder dans la glace le matin et me dire que si mes amis ou des membres de ma famille ont besoin de nous, le dimanche 16 décembre, on se sort la tête de l’ordi, on se lève de son canapé, on éteint papy Drucker, et on vient avec femmes, maris, célibataires et enfants faire cordon de sécurité autour de nos amis gays, lesbiennes, trans’ qui s’en prennent plein la gueule pour défendre leur droit d’aimer et d’avoir des enfants.

Selon vous, quel est la clé du succès de la manifestation du 16 décembre? AAD C’est que nous soyons nombreux à montrer les visages du progrès, de l’amour, de l’égalité. Nous voulons une société qui donne un choix équitable pour nos amis, nos familles, nos enfants!

Il faut que chaque yaggeur envoie à TOUS ses amis hétéros notre événement sur Facebook «Hétéros solidaires, sortons du placard» en leur disant: si vous m’aimez, inscrivez-vous et venez à mes côtés. Ça n’est pas un combat individuel! C’est aussi le vôtre, vous qui avez été adopté ou qui souhaitez adopter, vous qui avez été élevé par des grands-parents, vous qui êtes parents célibataires… Parce que vous non plus, vous n’êtes pas une famille pour les anti-mariage pour tous! On est en train de vous exclure du débat! Garantir à tous l’amour et les enfants est un projet collectif.

MLR Je pense que si cela reste uniquement dans le cadre communautaire, c’est mort. On aura entendu (très fort) les anti, on aura entendu un peu moins fort, les pour. C’est pour ça que je veux instituer ce «dress code»: le 16 décembre à Bastille, chaque gay, lesbienne, trans’ doit venir avec au moins deux hétéros. Au moins! :-)   Quand je me suis mariée, surprise: il y avait plus de 80 personnes, beaucoup dans l’assemblée étaient gays, tous fous de bonheur pour moi. Ils sont tous ma FAMILLE. À mon tour d’être votre demoiselle d’honneur. Rejoignez-nous sur «Hétéros solidaires, sortons du placard» et postez-le à tous vos vrais friends hétéros, on compte sur vous et rendez-vous à la Bastille le 16 décembre, à 14h, on postera sur l’événement notre point de rendez-vous!

Poster un commentaire

Classé dans Actions, Actions passées, Nos Alliés

Tribune de Libération « La république pour toutes les familles »

Tribune du 3 décembre 2012 sur Libération:

http://www.liberation.fr/societe/2012/12/03/la-republique-pour-toutes-les-familles_864840

Par Pierre Tartakowsky Président de la Ligue des droits de l’homme (LDH) Nicolas Gougain Porte-parole de l’Inter-LGBT Jean-Michel Ducomte Président de la Ligue de l’enseignement  et Bernadette Groison Secrétaire générale de la Fédération syndicale unitaire (FSU)

Depuis plusieurs semaines, la plus grande partie de la droite, l’extrême droite bien sûr, les Eglises et en particulier leurs représentants, mais surtout les tenants de l’intégrisme religieux pour qui l’Etat de droit laïc reste un problème, multiplient menaces et discours apocalyptiques à propos du mariage pour tous, thème dont elles ont manifestement décidé de faire un cheval de bataille.

L’expression de leur refus, leur choix d’un ordre moral sont évidemment légitimes dans une démocratie. Mais leur prétention à vouloir ériger leurs croyances en loi, paralyser le débat sous le vacarme et les «arguments» utilisés à cette fin sont intolérables.

Rappelons, face au déferlement des responsables ecclésiastiques, que depuis 1792, le mariage est un acte civil, sans aucun caractère religieux. Que les cultes ont parfaitement le droit d’épouser des vues rétrogrades sur le mariage, la famille, la sexualité. Mais en aucun cas, celui d’étouffer le débat éthique et de corseter la liberté de conscience.

Rappelons, face aux amalgames haineux entre homosexualité, polygamie, pédophilie, face aux chantages à la fin de l’humanité, que leurs auteurs se sont successivement opposés au divorce, à la contraception, à l’interruption de grossesse, au pacs… En agitant les mêmes menaces.

Rappelons aussi que les pays qui, dans le monde, ont ouvert le mariage à tous n’ont, bien sûr, nullement sombré dans la décadence et les turpitudes annoncées.

Ce retour d’ordre moral, assis sur une homophobie bien réelle et animé par l’agitation de grandes peurs, n’est pas sans arrière-pensées politiques. La volonté de faire échec au mariage pour tous vise à ébranler le principe républicain de laïcité au profit de communautarismes intégristes. Il vise à paralyser toute velléité de réforme, tout engagement contre les discriminations, tout projet de justice et de liberté.

C’est pourquoi nous appelons les députées et les députés, les sénatrices et les sénateurs, les citoyennes et les citoyens à se mobiliser pour défendre l’Etat de droit. Nous les appelons à faire échec aux campagnes de haines, de peurs et d’exclusions, à soutenir le projet de mariage pour tous et à faire entendre leur volonté de voir le progrès se poursuivre, dans le respect des lois et des valeurs de la république. Ce changement n’a rien d’une menace, c’est, au contraire, une chance pour la société française !

Premiers signataires : Ardhis, Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL), Attac, Cnafal, Comité Idaho (International Day Against Homophobia and Transphobia), Homosexualités et Socialisme (HES), LMDE, Mrap, République et Diversité, SOS Homophobie, SOS Racisme, Syndicat des avocats de France (Saf), Unef.

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Nos Alliés

Association Centr’égaux « Propos tenus lors de l’audition par la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale, jeudi 29 novembre 2012 »

Pour rappel: « L’association Centr’égaux regroupe des femmes et des hommes de sensibilité politique centriste, adhérents et sympathisants du Mouvement Démocrate. »

http://www.centregaux.org/article.php?sid=465&thold=0

Monsieur le rapporteur (M. Erwan Binet)

Mesdames et messieurs les députés

Mesdames et messieurs

Tout d’abord nous souhaiterions vous remercier d’avoir décidé d’organiser des auditions avec l’ensemble des parties prenantes impliquées par le projet de loi portant sur l’ouverture du mariage et de l’adoption par les couples de même sexe, dans un fenêtre temporelle contrainte et ce en amont des débats publics au sein de l’assemblée nationale.

Avant de rentrer dans le vif su sujet qui nous réunit ce matin, quelques éléments de contexte et d’histoire concernant l’association que je représente:

CENTR’EGAUX, association des centristes et démocrates LGBT, créée en janvier 2006, composée de militant-e-s et sympathisant-e-s centriste, démocrate, européenne et humaniste a pour objectif de faire évoluer notre famille politique qui est diverse dans l’acceptation de l’homosexualité, l’acceptation de la diversité des couples et des familles et la promotion de l’Egalite de droits et de devoirs pour toutes et tous (créée à l’époque de l’UDF).

Cette date est importante, car pour celles et ceux qui connaissent les prises de positions de certains élu-e-s de cette noble assemblée, elle correspond aussi a la publication de l’Entente parlementaire pour la défense du droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère, lancée par Jean-Marc Nesme et d’autres député-e-s.

C’est aussi une des premières prises de position d’un dirigeant centriste, François Bayrou, sur le sujet condamnant l’approche et le contenu de cette entente et qui face aux soutiens apportés à cette dernière par certains députés centristes, une des premières occasions où un élu territorial centriste parlât ouvertement de son homosexualité, Philippe Meynard, maire de Barsac en Gironde.

Depuis cette date, nous avons, par le dialogue, la pédagogie et le débat tente de faire évoluer, parfois avec succès, les élu-e-s centristes sur les thématiques LGBT: (mariage pour tous, adoption, PMA, GPA, lute contre les discriminations …): pour le Mouvement Démocrate, cela s’est d’abord concrétisé par la publication du projet Humaniste en décembre 2009, instituant le principe de l’Egalité de tous les couples en droits et en devoirs.

Depuis, avec l’évolution des mouvements politiques centristes, plusieurs élu-e-s nationaux, dont Jean-Louis Borloo (président du Parti Radical et de l’UDI), Jean-Christophe Lagarde (président de Force Européenne Démocrate), Yann Werhling (porte parole du MoDem), Jean-Luc Benhammias (député européen MoDem-ADLE) … se sont clairement prononcé-e-s pour l’Egalité des droits. Cependant n’étant pas naïfs, nous savons que des députés et sénateurs centristes sont défavorables au projet de loi proposé par le gouvernement. Mais dans le même temps, beaucoup se questionnent. C’est avec elles et eux que nous travaillons pour tenter d’apporter les réponses aux questions qu’elles et ils peuvent légitimement avoir, dans le respect de chacun et dans le respect des parcours des uns et des autres.

CENTR’EGAUX soutient pleinement la proposition de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, qui permettrait de réparer les inégalités auxquelles font face les couples de même sexe et les familles homoparentales et de sécuriser les enfants et d’assurer leurs intérêts. Nous soutenons également les propositions d’amendements concernant la Procréation Médicalement Assistée, ainsi que d’autres que mes prédécesseurs ont évoqués. Par ailleurs, nous sommes très attachés au principe de l’application de la loi sur tous les territoires français.

Cette proposition de loi est importante et devra s’accompagner, comme proposé il y a quelques semaines par Mme la Ministre des Droits de la Femme, d’actions contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre, tant les propos entendus ici et là ces dernières semaines montrent que la lutte contre les discriminations est un travail de longue haleine, qui nécessite un engagement sans faille des pouvoirs publics.

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Nos Alliés

«Le mariage n’est pas le socle de la société»: quand deux députés de gauches mettent à mal les arguments des religieux

Article de Yagg publié par Xavier Héraud le 30 novembre 2012

http://yagg.com/2012/11/30/le-mariage-nest-pas-le-socle-de-la-societe/

Desktop9

Hier, jeudi 29 novembre, la Commission des lois de l’Assemblée nationale a auditionné les responsables des principaux cultes français dans le cadre de la future loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe.

Le Cardinal André Vingt-Trois, le pasteur Claude Baty, le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim, Mohammed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman, le Métropolite Joseph, représentant des évêques orthodoxes, et la Vénérable Marie-Stella Boussemart, présidente de l’Union bouddhiste de France, sont intervenu-e-s tour à tour et ont ensuite été questionné-e-s, uniquement par des député-e-s de gauche et favorables au texte; les autres, qui ne cessent d’appeler un «débat» de leurs vœux, étaient aux abonnés absents.

De ces auditions sans surprises si ce n’est la position des orthodoxes et des bouddhistes qu’on n’avait pas entendu jusque là – le premier est contre le texte, la deuxième ne sait pas trop –, on retiendra surtout les interventions brillantes de deux députés de gauche.

«KARCHERISÉ»
Le premier, Alain Tourret, député PRG de la 6e circonscription du Calvados, a littéralement karcherisé les responsables des cultes, qu’il a qualifié de «lobbies», avec une attention particulière pour l’Église catholique.

«Je note que vous vous êtes pratiquement trompés chaque fois que vous avez eu à vous pencher sur la société, en dehors de quelques exceptions notables (…). L’Église a toujours eu à choisir entre être une Église d’ordre ou une Église de service et que là vous êtes dans le cadre du renforcement de votre pouvoir par l’Église d’ordre. L’ordre par les structures, l’ordre par les philosophies. Et c’est ce qui explique vraisemblablement pourquoi l’ensemble des philosophes vous a quitté. Ils ne sont plus là parce qu’entre vous autres, les cinq de la religion du Livre et l’opinion, la rupture est totale. (…)  »

Une bonne partie du malentendu actuel sur la question du mariage vient sans doute du fait que le mot est le même pour désigner les unions religieux et les unions civiles, a avancé Alain Tourret:

«Lorsqu’en 1792, le mariage, qui était une institution conservée par l’Église catholique en France, a été sécularisé, on a gardé le terme de mariage. C’est peut-être là toute l’ambiguïté. Cette transformation que nous allons faire et qui va répondre à cette notion d’égalité, vous ne l’admettez pas, parce que vous êtes globalement restés dans une position antérieure à 1792.»

Le député a rappelé que les cultes eux-mêmes étaient pourtant bien placés pour comprendre la discrimination:

«Notre société s’est créée sur l’homophobie, à tous moments. C’est une parfaite réalité. Elle s’est créée sur le rejet des autres. Et vous le savez mieux que quiconque (…). Et cette exclusion, n’est-il pas temps d’y mettre fin pour l’une des parties essentielles de notre société?»

En conclusion, Alain Tourret s’est adressé directement à André Vingt-Trois pour l’appeler à la retenue:

«M. le Cardinal, je vois qu’actuellement, vous lancez vos troupes, vous lancez vos évêques, vous allez lancer vos catholiques – s’il en reste. Jusqu’où allez-vous aller? Ne croyez-vous pas qu’on doit simplement rester dans le cadre de cette discussion comme aujourd’hui nous la menons, sur le plan des idées et de la philosophie et laisser aux élus que nous sommes le soin de décider, puisque nous avons été élus pour cela?»

Son intervention complète:

«LE MARIAGE N’EST PAS LE SOCLE DE LA SOCIÉTÉ»
Moins dur que son collègue mais tout aussi mordant, Jean-Yves Le Bouillonnec, député PS de la 11e circonscription du Val de Marne, s’est employé à démonter les arguments des religieux. Après avoir salué la présence des différent-e-s intervenant-e-s et l’importance de leur rôle dans le débat, l’élu a interpellé les responsables de culte sur la notion d’égalité:

«Vous avez bien compris que c’est cet objectif-là, qui est poursuivi par la loi et vous avez semblé traduire, notamment vous M. le pasteur, que ce principe pouvait avoir une certaine limite. Je suppose que vous traduisiez une certaine limite naturelle: l’homme ne sera jamais mère. Ce n’est pas parce que cette réalité physique, biologique, s’impose à nous, que nous n’avons pas à traduire dans notre vie commune le chemin le plus proche possible de la pleine égalité.»

Après avoir ensuite rappelé quelques-uns des combats pour l’égalité (celui des femmes, celui des enfants «adultérins») et avoir souligné qu’à chaque fois les religieux se sont situés du mauvais côté de l’Histoire, Jean-Yves Le Bouillonnec a critiqué cette notion qui fait du mariage le «socle de la société»:

«Vous dites le mariage est une institution, un fondement, un socle de notre société. Bien sûr que non. (…) Le mariage n’est pas le socle de la société. Ce qui est important, c’est la vie d’être humain, homme, femme ou hommes ou femmes entre eux, ça c’est la réalité. Et ce que signifie aujourd’hui le pacs, avec plus de 200000 unions en un an. Et encore, il y en a d’autres qui ne se pacsent pas, qui ne se marient pas et qui vivent un parcours de vie dans des conditions qui ne peuvent être que remarquables. Vous évoquez le mariage, qui n’a pas toujours été celui que nous connaissons aujourd’hui – d’ailleurs, qui n’a pas eu non plus dans vos institutions non plus la même nature. Ce mariage-là est un instrument parmi tant d’autres de partager des choses.»

Son intervention complète:

Les auditions en intégralité:

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Médias, Nos Alliés, Vidéos

Patrick Bloche, député de Paris

Il revient sur « la liberté de conscience » des maires. Il est un ardent défenseur du projet de loi tout en pensant qu’il faut y inclure la PMA.

Article du Parisien du 22 novembre.

Hollande a-t-il eu tort d’évoquer la liberté de conscience des maires opposés au mariage pour tous?
PATRICK BLOCHE.
Il ne faut pas offrir cette liberté de choix aux maires. Les élus doivent appliquer la loi. Dans le domaine du mariage, ils n’ont aucune liberté à avoir, ni aucun confort intellectuel, puisqu’ils reçoivent sur cette question une délégation de l’Etat. Les élus qui refuseraient de marier des couples de même sexe se mettraient en infraction.

Est-ce un recul du chef de l’Etat?
Les propos de la garde des Sceaux Christiane Taubira certifiant que le projet de loi serait débattu m’ont rassuré. Elle a rappelé qu’une fois la loi votée, les couples de même sexe pourront se marier dans leur commune de résidence.

La mobilisation des anti-mariage pour tous vous surprend-elle?
Il y avait ce week-end beaucoup moins de manifestants que contre le Pacs il y a quatorze ans. Ceux qui ont défilé l’ont fait par conviction religieuse. C’est un cercle très traditionnel ne correspondant pas à un mouvement de fond qui traverserait la société.

Le groupe PS va-t-il déposer un amendement pour inclure la PMA dans la loi?
Oui. La seule divergence avec le gouvernement sur cette question est de savoir si on met tout dans le même projet de loi ou si on attend. Le gouvernement préfère procéder en deux temps, mais nous nous pensons que cinq ans, cela passe vite et qu’il vaut mieux traiter ces questions du mariage, de l’adoption et de la PMA en une seule fois.

Poster un commentaire

Classé dans Nos Alliés